Toujours à Belgrade

Toujours à Belgrade

Dernier appel pour “Belgrade”, embarquement immédiat à bord d’un vol Easyjet qui en moins de deux heures de temps et à partir de 50.- l’aller-retour vous expédie à la “Barcelone de l’est”. Assis au premier rang dans l’avion, l’instigateur de ce voyage se surnomme Wikirani et il a décidé d’embarquer 21 genevois dont je fais partie.

De retour sur la Terre suisse, il m’a semblé que la Serbie était une Big destination pour le Nouvel An car je ne sais pas pour vous, mais moi les fêtes de fin d’année ont beaucoup de mal à être digérées et j’ai été gavée de plans foireux (gavée comme une oie pour faire le foie gras…).
N’allez pas croire que mes origines grecques ont influencé ce choix de destination; même si je dois le reconnaître, les serbes sont historiquement un peuple proche du mien. Les similitudes sont nombreuses et chaque musicien que j’ai rencontré sur place m’a offert quelques morceaux de musique hellénique. L’hospitalité ne m’était néanmoins pas exclusivement réservée: les Belgradois sont de bons vivants accueillants, véritables hédonistes surtout dans les Kafanas (les cafés serbes) qui n’ont rien à envier à ceux de mon pays.

Les voyageurs en quête d’authenticité trouveront un lit confortable sur la péniche de San Art où règne Tosha, le chat des lieux. Située entre la nouvelle et l’ancienne Belgrade, vous aurez les pieds dans l’eau du Danube et profiterez du soleil s’il pointe son nez pendant les fêtes. Le nec plus ultra: partir en groupe comme je l’ai fait et s’octroyer la péniche de manière exclusive (qui compte au total 25 couchages si mes souvenirs sont bons).
Voyageurs nostalgiques, direction l’Hôtel “Bristol” Beograd avec une étoile rouge; enfin amateurs de chambres d’hôtes, Dragana que je m’apprête à vous présenter vous conseille de loger chez Booking Rooms ou alors de louer un appartement insolite.

Si vous me prenez donc au mot et partez à Belgrade, il y a une personne que vous devez impérativement rencontrer et cette personne s’appelle Dragana Koštica, alias Christine C. Elle est la rédactrice en chef du blog Still In Belgrade et elle habite donc toujours à Belgrade. Pour la modique somme de 10 euro par personne, elle vous fera visiter sa ville natale, ses murales peintes par des artistes de street art, ses lieux cachés, ses boutiques vintage, ses concept stores, ses restaurants gourmands. Guidée par cette citoyenne artistique et barrée de diplômes, j’ai plongé la tête la première dans la scène alternative et créative de Belgrade (et non pas dans le Danube comme on pourrait le croire), déjeuné dans un petit bijou caché du nom de Radionica dans le quartier de Dorcol et dégusté un café à Pržionica sur un son électro.

Et si vous n’aimez pas faire de nouvelles rencontres (restez cloîtrer chez vous), cliquez sur son blog où il pleut des articles insolites et où forcément vous ne regretterez pas ce voyage. сигурно путовање!

CLOSE
CLOSE