Boulangerie Le Saint-Honoré

Boulangerie Le Saint-Honoré

Pains au chocolat croustillants et moelleux à souhait, croissants dorés cuits juste comme il faut, le pain quant à lui se décline avec originalité et perfection: épeautre, ficelle, baguette traditionnelle, petit pain aux olives vertes ou noires, aux dattes et aux graines, aux noix et aux raisins. Derrière le comptoir, toujours un sourire, toujours un peu d’humour…
À chacune de mes (nombreuses) visites, je repense à cette phrase de Thierry Marx lors de notre entretien: “la boulangerie est le premier métier de la gastronomie”. Et la boulangerie Le Saint-Honoré en est un illustre exemple… peut-être bien le seul exemple dans notre cité de Calvin.
Pour comprendre le savoir-faire de cette boulangerie, il faut remonter le temps jusqu’en 1986, date à laquelle le Père, boulanger, de Mme Panzano rachète ce commerce à la rue de Carouge. Le nom ne change pas faute de moyen, mais le pain y reste roi. À l’âge de 18 ans, Mme Panzano rejoint l’affaire familiale et perpétue une tradition que tout un chacun peut lire sur un écriteau à l’entrée de la boulangerie: “Le St Honoré produit dans son fournil au sous-sol. A l’heure où tout va trop vite, nous travaillons dans le respect des traditions avec des produits de qualité. Pour le plaisir de vos papilles.
Au sous-sol, dans le fournil, M. Canovas se lève aux aurores chaque matin de la semaine et pétrit le pain avec patience et des années d’expérience. Lorsque je demande le secret de ce pain si extraordinaire, on me répond: “de la farine, de l’eau et du sel… et beaucoup d’amour”. Dans la pratique, Mme Panzano m’explique l’importance de la farine fournie par un des plus importants partenaires des artisans-boulangers suisses: Mino-Farine, une marque de tradition et d’innovation.
Au Saint-Honoré, on y croise les voisins, les banquiers, les étudiants, les gourmands dans une atmosphère conviviale, ensoleillée sur la terrasse les jours d’été. On y vient pour son pain, ses viennoiseries et ses pâtisseries; on y vient aussi pour l’art et la manière du premier métier de la gastronomie et on prend conscience, me dit Mme Panzano, que le goût disparaît au fur et à mesure que les petites entreprises ferment leur porte. Heureusement, le Saint-Honoré résiste, longue vie au Saint-Honoré!

PS: M. Thierry Marx, à votre prochaine visite genevoise, puis-je vous conseiller de faire un petit détour par cette boulangerie… vous verrez, les artisans suisses savent aussi bien faire le pain que les français. 😉

Rue de Carouge 91, 1205 Genève
Lun à ven 5h-19h (service jusqu’à 20h); sam et dim (et jours fériés) 5h30-19h.
En dehors de ces horaires, la boulangerie Saint-Honoré vous accueille au pas de sa porte d’entrée TOUTE LA NUIT pour vous servir.
+41223290665
Budget: $

CLOSE
CLOSE