Festival Les Athénéennes

Festival Les Athénéennes

Le jeudi 4 mai, le printemps tardant à venir, la grisaille genevoise tenace, Kevin et moi-même avons pris la route de l’Hôtel Métropole, en grandes pompes, pour assister à la conférence de presse d’un festival qui me tient particulièrement à coeur: Les Athénéennes. L’ascenseur nous a conduit vers le ciel sur la terrasse du 5Lounge, un panorama à couper le souffle.
Nous y avons retrouvé Audrey Vigoureux, Marc Perrenoud, Valentin Peiry, 3 amis musiciens directeurs du festival et Garance – en charge de la com – toute pétillante: l’heure était à la célébration. Champagne!
Coïncidence: au moment où les 3 directeurs s’apprêtent à nous annoncer que de Big nouvelles, une éclaircie… Le soleil brille, vive Les Athénéennes.

Cette 7e édition se veut Intemporelle et Actuelle afin d’explorer la double nature de la musique: un objet vivant et historique, illustrée par une affiche d’une jeune femme moderne se maquillant superposée à un portrait de Sainte Cécile, patronne des musiciens. Subtilité dont seul le festival Les Athénéennes est capable. Et il s’agrandit et se déplace: il quitte son berceau à L’Athénée4 pour s’installer dans le “pôle Rotisserie”: l’Alhambra, le Temple de la Madeleine et L’Abri, sans renier son sacro-saint fondement: la proximité avec les artistes. Car la scène de l’Alhambra sera de plein-pied… Le public entourera, comme toujours, les musiciens venus d’ici et d’ailleurs. Il en va de même au Temple de la Madeleine. Et voilà l’une des raisons pour lesquelles Les Athénéennes sont si particulières et chaleureuses. Primauté à l’intimité, au dialogue et à la rencontre; le festival tisse des liens entre le passé, le présent et le futur, entre la musique et les gens.

Comment se déroule une soirée athénéenne? En 3 parties: la première se veut “classique” mais en aucun cas conventionnelle et poussiéreuse, suivie d’un entracte où l’artiste se mêle au public, accueille les éloges… instant de partage sans partition, improvisation totale. On parle de musique bien sûr, de passions, d’émotions en dégustant quelques entremets accompagnés d’un verre de vin. Puis vient en 2e partie le jazz ou les musiques du monde. Nouveauté 2017: la 3e partie, une “after” jusqu’au petit matin. Du swing, de l’électro trip hop, Garance aux platines, live, jam…

Cette édition 2017 est aussi une occasion de fêter le 10e anniversaire du Marc Perrenoud Trio: Elina Duni (une voix dont Kevin ne se lasse jamais) et David Enhco (trompette) complèteront le trio composé de Marco Muller (contrebasse), Cyril Regamey (batterie) et Marc au piano. En bref, 20 concerts, 100 artistes, 3 lieux, 2 expositions et 4 soirées vous attendent du 1er au 9 juin. Musique Maestro!

Du 1er au 9 juin
Tarifs: pass dès 110.- en “early bird” (mais il faut faire vite), dès 120.- (pour ceux qui prennent leur temps)
Billetterie en ligne

CLOSE
CLOSE