Connaissez-vous Isabelle Gattiker?

Connaissez-vous Isabelle Gattiker?

Cette année le FIFDH (Festival du film et forum international sur les droits humains) vous a offert pendant dix jours pas moins de 45 films, 157 évènements dans 21 lieux différents. Vous y avez croisé Eric Cantona, Fernand Melgar ou Reda Kateb, mais aussi Edward Snowden interviewé en direct sur Skype. Le festival s’est baladé de l’ONU à l’hôpital, en passant par des musées, des prisons… Vous avez été 30’000 à voir des films, des documentaires, vous avez pu suivre une masterclass, regarder des expositions photos , participer à des workshops, des colloques…

Incontournable dans le paysage genevois, le FIFDH porte le flambeau des droits humains au-delà du röstigraben, de Zürich et à Lugano. Sa renommée est internationale, il a bénéficié cette année d’une couverture par des médias comme le Guardian, la BBC, France3, le Huffington Post ou Arte, pour n’en nommer que quelques uns.
Avec le même concept de “un film, un sujet, un débat”, pour cette treizième édition, et à moins d’être complètement aveugle, vous n’avez pas pu manquer d’apprécier un style inédit : nouveau logo et site Internet, toute leur communication a été repensée. Signe de changements amorcés avec la nomination d’une nouvelle directrice générale: Isabelle Gattiker.
C’est elle que je voulais vous faire rencontrer aujourd’hui. Vive, intelligente et pétillante, j’ai rendez-vous avec Isabelle une première fois autour d’un verre. Elle me parle du festival qu’elle connaît bien puisqu’elle l’a cofondé. Elle en est partie, devient réalisatrice, puis revient en 2013 en tant que directrice adjointe.

On parle de la place de la femme dans le monde du travail, comment concilier la vie de famille avec des enfants en bas âge et la lourde responsabilité qu’implique ce poste. Je lui fais remarquer – et à vous aussi par la même occasion – qu’elle est un bel exemple pour les femmes d’aujourd’hui, qui, trop souvent encore, buttent sur le “plafond de verre ” du monde du travail.
Elle m’explique que l’équipe de base est constituée de peu de personnes et je découvre qu’elle bénéficie d’assez peu de moyens finalement en regard de l’envergure du festival. Mais elle et son équipe savent s’entourer de partenaires intéressants, comme MSF ou l’Université de Genève. La présence sur les réseaux sociaux a été particulièrement soignée pour exploser à plus de 50% d’interaction ce qui augmente sensiblement la renommée du FIFDH. Elle a relevé magnifiquement ce défi en apportant un nouvel élan au festival. Elle sort du chemin tracé avec des invités comme les Yes Men par exemple ou en travaillant avec les communes, les maisons de quartier…

Je la retrouve avec bonheur une deuxième fois dans son bureau pour la prendre en photo. Le bilan 2015 vient de sortir de presse et elle me parle des dernières actualités du FIFDH : The Cut en première projection romande au Grütli ce jeudi 25 juin et de la présence du FIFDH à l’exposition universelle de Milan le 17 et le 18 septembre.

Alors à vos agendas!

Le lieu qui te ressemble
Genève
Ta cantine officielle
Le Café du Grütli
Chocolat noir ou au lait?
Au lait
Ton objet fétiche?
Un livre à lire
Ton livre de Robinson
Paris est une fête d’Hemingway
Le Big artiste sur ta playlist
Paolo Conte
Ton réalisateur culte
Nanni Moretti
Le super-héros que tu aurais voulu incarner
Mac Gyver
Un site web dont tu es accro
The Guardian
Jamais sans…
Mon amoureux et nos enfants
Une Big destination que tu recommandes
Naples
Ton Big secret
On devrait utiliser plus souvent l’impertinence

Photographie © Nathalie Mastail-Hirosawa

CLOSE
CLOSE