L’Ariana célèbre son fondateur

L’Ariana célèbre son fondateur

Connaissez-vous le nom de Gustave Révilliod? Si c’est le cas, c’est que vous êtes peut-être familier du quartier des Acacias, où une rue porte son nom; et si, curieux, vous avez levé le nez vers la plaque, vous aurez appris qu’il fut un “bienfaiteur de Genève”. Pour découvrir quels bienfaits Révilliod a apporté à la ville, vous pourrez vous rendre du 2 novembre 2018 au 2 juin 2019 à l’exposition “Gustave Révilliod (1817-1890), Un homme ouvert au monde”, au Musée de l’Ariana.

Il est, en effet, le fondateur de ce musée, construit entre 1877 et 1884, qu’il nomme en hommage à sa mère, Ariane-Philippine de la Rive, pour y abriter ses diverses collections.

Collectionneur, voyageur, poète, éditeur, écrivain, philosophe, traducteur, historien, archéologue, protecteur des arts et homme politique, Gustave Révilliod cumule les casquettes, mais aussi les objets, qu’il rapporte du monde entier. Livres rares (aujourd’hui répartis dans les bibliothèques de la ville), meubles, sculptures, monnaies, faïences, orfèvrerie, céramique, verres anciens, peintures constituent cette large et étonnante collection.

L’exposition offre aussi l’occasion de découvrir la personnalité de ce mécène genevois, nous entrainant dans le parcours riche en détours d’un philanthrope un peu hors du commun, dont l’érudition s’ajoutait à la bonté et au sens de l’humour (il suffit de lire quelques lignes des lettres qu’il rédigeait lors de ses voyages pour s’en convaincre).

Sa création, le Musée de l’Ariana, donne à voir de par son architecture les fastes de plusieurs siècles. Marbres, colonnades, plafonds en coupole étoilée et bustes antiques, se côtoient dans le grand hall à deux étages ; on y rencontre aussi deux sphinx, à l’extérieur. Un texte d’Eugène Fromentin, artiste peintre et écrivain français du 17e siècle gravé ici interpelle le visiteur: “Imaginez au milieu des horreurs du siècle, un lieu privilégié, une sorte de retraite angélique, idéalement silencieuse et fermée où les passions se taisent, où les troubles cessent, où poussent comme des lys, des ingénuités, des douceurs, une mansuétude surnaturelle”. Une douceur surannée qui renvoie au charme de l’époque qui trouvait encore dans la beauté de l’art un remède contre les maux du monde. Gustave Révilliod, en léguant son musée et son parc de Varembé à la Ville de Genève et à ses habitants, souhaitait que ceux-ci entretiennent et conservent l’intégrité de ses aménagements. Un héritage que l’Ariana fait perdurer au travers de cette exposition-hommage qui célèbre “le centenaire +1” de la naissance de son fondateur.

Photographie Rue Gustave-Révilliod @ Delphine Volokhine
Du 2 novembre 2018 au 2 juin 2019
Mar à dim 10h-18h (fermé le lundi)
Avenue de la Paix 10, 1202 Genève
 +41224185450

CLOSE
CLOSE