Librairie Le Parnasse

Librairie Le Parnasse

Depuis 25 ans à Genève, la librairie le Parnasse fait honneur à la littérature. Son nom n’est évidemment pas le fruit du hasard. Si vous remontez aux sources, il était celui d’un mont grec, maison des muses de la mythologie et des poètes qu’elles inspiraient. Au XIXème siècle, les Parnassiens – parmi lesquels Baudelaire, Gautier, Musset, Mallarmé ou Verlaine – constituent un mouvement poétique militant pour le beau, l’art pour l’art. Riche programme.

Aujourd’hui, je pars à la rencontre de Marco Dogliatti. Il évoque les années passées, mais aussi les difficultés rencontrées et la lutte pour la survie de ce lieu. Fin 1982, Marco reprend le Parnasse, librairie sise alors rue des Eaux-Vives, avec un ami. Sa compagne, Carine Fluckiger, les rejoint et ils deviennent les deux maîtres à bord de ce navire dont la vocation première est la diffusion de la littérature.

Depuis 10 ans la librairie a déménagé à la Terrassière, dans un lieu plus grand. Mais ces dernières années ont aussi été synonymes de difficultés. La concurrence d’internet n’y est évidemment pas étrangère ce qui me donne envie d’ouvrir une parenthèse pour placer un coup de gueule: vous dirais-je jamais assez l’importance que revêt l’échange humain, le partage d’idées ou de références et toute la finesse de l’esprit d’un libraire que l’ordinateur ne vous apportera pas? Fin de l’interlude non musical…
Afin d’offrir un soutien concret à la librairie, une association des amis du Parnasse s’est constituée. En 2016 un crowdfunding a permis de réunir quelques fonds de soutien, mais le travail à fournir pour sortir des difficultés reste constant.

Et puis, le Parnasse, c’est bien plus qu’une librairie, le couple propose plus d’une quarantaine de rendez-vous culturels chaque année: des lectures en collaboration avec le théâtre du sentier; des rencontres d’auteurs, d’éditeurs; autant de voyages dans la littérature et l’actualité contemporaine, parmi des œuvres suisses ou des traductions; des lectures poétiques les mercredis soirs, parfois en italien aussi…
La prochaine de ces rencontres aura lieu le mercredi 13 décembre à 19h avec Jérôme Richer auteur et metteur en scène. Il lira un texte inédit, Blackcore, accompagné de l’acteur Claude Thébert.

Ici vous trouverez de la poésie, mais aussi du théâtre, des ouvrages de psychanalyse, de philosophie ou autres sciences humaines et surtout le seul rayon de littérature italienne de Suisse, Tessin excepté. Pour moi le Parnasse peut être synonyme d’Emilie Dickinson, de Pasolini, de Michaux ou encore de Virginia Wolfe, de Jane Austen ou de Michel Onfray. J’y ai entrevu certains auteurs japonais, des haïkus bien sûr mais pas uniquement, l’historien Pierre-François Souyri est en vitrine avec son ouvrage sur les samouraïs, mais vous pourriez aussi y acheter «Desproges par Desproges» ou plonger votre nez dans «Just Kids» de Patti Smith en version illustrée. En quête d’un cadeau de Noël qui fait du sens? Vous venez de trouver le parfait endroit!

Photographie © Nathalie Mastail-Hirosawa
Rue de la Terrassière 6, 1207 Genève

Lun à ven 10h-19h; sam 10h-18h
+41227362726

CLOSE
CLOSE