5 livres après le Salon 2013

5 livres après le Salon 2013

Le Salon du livre de Genève a fermé ses portes ce dimanche 5 mai au soir après cinq jours d’ouverture et 94.000 visiteurs venus voir 820 auteurs. Le rideau baissé, voici en résumé, les 5 livres qui sont repartis dans ma poche.

La face cachée du Léman – mythes, légendes et sornettes. Editions Plonk & Replonk. 
Découvrir La face cachée du Léman, c’est plonger tout entier dans un univers de plonkeries dont vous ne ressortirez pas indemnes: plus de quatre-vingt visuels et quarante objets vous apprendront tout du lac et de sa région, de la préhistorique pêche à la truite laineuse jusqu’au feu au lac. Si vous ignorez tout de la vie lacustre et de ses traditions vous serez étonné de voir la fameuse pêche aux cygnes à la nitroglycérine. Si vous êtes féru de régionalisme vous brillerez en société genevoise en évoquant Zelda, la carpe ventriloque de la famille Pidoux à Morges.

Patients de Fabien Marsaud alias Grand Corps Malade. Editions Don Quichotte.
Slameur, il est plus connu pour sa rime vocale qu’écrite… et pourtant! Patients est sont premier livre; le lecteur est plongé dans un centre de rééducation ouvert à «toute la crème du handicap lourd: paraplégiques, tétraplégiques, traumatisés crâniens, amputés, grands brûlés». On craint l’apitoiement, et c’est le contraire. Fabien Marsaud écrit comme Grand Corps Malade slame. Il réussit la prouesse de décrire l’horreur absolue en y ajoutant des touches d’humour et de jubilatoires formules poétiques.

Un homme trop facile d’Eric-Emmanuel Schmitt. Editions Albin Michel. 
L’auteur des Fleurs du Coran nous emmène dans le monde du théâtre, un acteur avec une certaine notoriété s’apprête à jouer pour la première fois sur scène le misanthrope de Molière et se retrouve confronté à Alceste sorti du miroir de sa loge. Petit à petit Alex (l’acteur) rentrera dans la peau de son personnage tout en gardant sa part d’humanité, d’altruisme qui manque à Alceste misanthrope par excellence qui déteste en soit le genre humain. Reste à savoir, aimons-nous lire des pièces de théâtre ou aimons-nous lire les pièces de théâtre d’Eric-Emmanuel Schmitt?

Le coeur d’un autre de Tatiana de Rosnay. Editions Le Livre de Poche. 
Bruce est un quadragénaire divorcé. Antipathique au possible, un peu ours, très misogyne, il est sauvé in extremis par une greffe cardiaque. A la suite de l’opération, sa personnalité, son comportement, ses goûts changent de façon surprenante. Il ignore encore que son nouveau coeur est celui d’une femme. Mais quand ce coeur s’emballe avec frénésie devant les tableaux d’un maître de la Renaissance italienne, Bruce veut comprendre…

Le terroriste noir de Tierno Monémembo. Editions Seuil. 
Récit incisif, ses dialogues, sa façon de conter donnent l’impression de voir le récit se dérouler devant nos yeux. Même si l’auteur prend quelques libertés avec l’Histoire. Et que voit-on? Un petit homme simple, plein d’autorité, toujours à vélo, accepté et respecté par tout le village comme un notable et qui n’hésite pas à conseiller à ses hôtes de mieux «redresser» leur fille. C’est parfois drôle, c’est souvent profond. Et, sans l’air d’y toucher, l’écrivain dresse un superbe tombeau à un résistant qui n’a eu la reconnaissance que soixante années après avoir été fusillé.

FERMER
CLOSE