FR
|
Quand My Big va sur circuit

Il faut être motivé(e) pour se lever à 6h, un dimanche matin, après une semaine bien remplie. Mais certaines passions ne comptent pas les heures.
Depuis 1954, les circuits, courses, rallyes en tout genre sont interdits dans My Big Switzerland. A la suite d’une sortie de route d’une Mercedes lors des 24 Heures du Mans, la Suisse décide irrévocablement l’interdiction de toute course. Ce n’est pas tant la marque de la voiture qui importe ici, mais le fait qu’elle tue plus de 80 spectateurs venus admirés les bolides. Plus d’un quart de siècle plus tard, la règle est toujours imposée et les passionné(e)s n’ont qu’à se lever tôt pour se rendre sur le circuit le plus proche de My Big Geneva: à savoir le Circuit de Bresse.
1er conseil: petit-déjeuner léger, les sensations rempliront votre estomac à une vitesse grand V.
2e conseil: évitez de vous rendre sur circuit sans y avoir été initié par un professionnel. Et la sécurité est le premier sujet abordé par M. Le Président du Club Porsche Genève, Fabrice Besse. Entouré de ladies et gentlemen drivers (les ladies, il faut tout de même les chercher… hint hint pour ces dames), le fair-play est de mise, l’ordre et le respect du règlement aussi.
3e conseil: si vous cherchez un instructeur, nous vous présentons Philippe Favre. Physique de sportif, (ceci pour rappeler qu’automobile s’appose au mot sport), Philippe débute sa carrière en 1982 à bord d’un kart. Après 7 victoires, notamment en Formule Ford en Angleterre, l’usine Reynard l’engage pour la Formule 3 British Championship. Dans sa première course en Formule 3000, il prend la pôle position sur le circuit de Silverstone avant de terminer 2ème devant des pilotes tels que Jean Alesi, Eddie Ervine, etc. L’année 1993, il signe avec l’usine Honda qui lui propose les 24 Heures du Mans 1994 et 1995 au volant d’une Honda NSX-GT1. Depuis, Philippe est toujours sous contrat avec la Big marque nippone. Certains amours sont faits pour durer. Toujours pas impressionné? 1990, All Japan F3000 Championship, 1992 Indy-Light, GT-FIA, championnat Le Mans Série, Ferrari Challenge Europe.
Alors quand nous lui posons la question: après tout, pourquoi faire du circuit? C’est encore la sécurité qui revient au grand galop. Comprendre le freinage, la direction du regard, les forces motrices, la trajectoire, le point de corde, nous entraine à réagir dans l’urgence. Et sur circuit, nous sommes de manière permanente en situation d’urgence.

Mais vous nous direz alors pourquoi en Porsche? Que cela soit clair entre nous, quasiment n’importe quelle voiture peut aller sur circuit. Nous y avons croisé toutes berlines et sportives confondues. Force est de constater que My Big entretient une relation « spéciale » avec la marque allemande, qui fête cette année ces 50 ans. Et au sein du Club Porsche Genève, nous sommes certains d’ennuyer personne en parlant 6-cylindres à plat, moteur atmosphérique, à air, catalyseur, etc. Et ne vous méprenez pas, ici, la loi du plus fort n’a pas sa place. Bien au contraire. Il est avant tout question de rêve d’enfant, de passion et encore en 2013, au volant d’une Porsche, vous êtes à peu près certains d’aller sur circuit et de revenir sur My Big Geneva sans pépin, ni tracas. La fiabilité n’est pas une légende nous assure Gilles, propriétaire d’une Porsche 3.2 de 1989. Claude, propriétaire d’une Targa 4s compare une Porsche à une Rolex: « on ne change pas » s’exclame-t-il. Domenico, lui en est à sa 4e Porsche : une 911, type 930 boîte 914. En 2000, alors que tous ses amis s’orientent vers des nouveaux modèles, lui veut de l’histoire, du mythe. 6 ans de dur labeur pour y apporter les transformations nécessaires. Moteur atmosphérique d’un type 964, le bolide lui est allégé pour ne peser que 1040 kilos. Et c’est à bord de cette réplique RSR 2.8 que Philippe Favre nous emmène sur circuit. Le reste est en vidéo et les photographies sur notre compte Pinterest… car certains mots sont inutiles pour exprimer nos sensations.

Un Big merci au Club Porsche Genève, à son Président et à ses membres ainsi qu’à Philippe Favre.

Photographie©www.transfret-auto.com

Pensez Big
1 – EXTRA-ordinaire
My Big Geneva promeut des lieux, événements et personnalités EXTRA-ordinaires, à Genève et ailleurs.
2 – Gratuit
S’inscrire à la newsletter de My Big Geneva ne coûte rien.
3 – Généreux
Tout au long de l’année vous pouvez recevoir des cadeaux: concerts, resto, apéro, festivals et bien plus encore!
4 – My Big Geneva a besoin de vivre
Donc My Big Geneva établie des partenariats de CONFIANCE pour vous livrer des bons plans ou des Big avantages. Et se fait donc rémunérer pour cela.
5 – Garanti sans spam
My Big Geneva ne communique par votre email à un tiers et surtout, My Big Geneva n’harcèle ni votre boîte mail, ni le feed de vos réseaux sociaux.