Branchez-vous

Branchez-vous

Le 23 janvier 2014, le soleil genevois était abonné absent depuis plusieurs jours (… semaines qui m’ont paru des mois), j’ai traversé la plaine de Plainpalais en croyant me faire emporter par la bise afin d’assister à la conférence de presse du Festival Electron. Autant dire que le moral n’y était pas… précisons que sur le chemin, je n’ai croisé quasiment personne, même le tram faisait office de train fantôme. Mais vous savez de quoi je parle? Cette sensation de vivre dans une ville déshumanisée que l’hiver assomme, où chacun vit dans son coin, sans faire attention à l’autre.
Au tournant de la rue des Bains, le son du Festival Electron m’est enfin parvenu servi avec du café bien chaud et un accueil chaleureux. Tel un électrochoc, à peine assise, j’ai été électrifiée par l’énergie, la volonté et les projets qui allaient inonder notre cité du 17 au 20 avril. L’électricité est d’ailleurs à la base des totems que vous pouvez apercevoir un peu partout depuis quelques semaines, notamment sur les bornes électriques des SIG, signés par l’agence Workshop: l’universalité des symboles électroniques imbriqués font échos à l’avant-gardisme et à la volonté de métissage et de rencontres inattendues d’un Festival qui enivre notre ville chaque année depuis plus de 10 ans.

Et le compte à rebours de cette onzième édition commence le jeudi 20 mars avec l’exposition Power Track Vol. 1.
Au lieu de passer aux cribles cette onzième édition (je vous invite à vous perdre avec délectation dans sa programmation), je vais tenter de convaincre les dubitatifs car les adeptes comme nous, ne manquerons en aucun cas ce rendez-vous.

Si vous aimez la musique classique, cela tombe bien car en ouverture du festival le jeudi 17 avril à 19h30 au Palladium, deux pianos et un orchestre de chambre réuniront Francesco Tristano, David Greilsammer et Geneva Camerata.
Si vous préférez le hip-hop, Deltron 3030 sera accompagné le samedi 19 avril au Palladium de l’orchestre valaisan de 15 musiciens pour un opéra scratché par Kid Koala (et ne me dîtes pas que vous connaissez ce concept d’opéra scratché, car je ne vous croirais pas). Et samedi rime avec folie car l’opéra sera précédé par un solotuntabliste de l’ourson aux platines d’or (alias Kid Koala) et un voyage en Russie avec Proxy. Si vous n’aimez pas les oursons et préférez les chats masqués, Tha Trickaz vous feront miauler de plaisir sur le son de leur électro hip hop à partir de 22h. Le même soir, vous comprendrez que Christine n’est pas uniquement la voiture meurtrière de Stephen King dès 23h15 et une explosion aura lieu dès 00h30 avec Vitalic.
Le commun vous ennuie et vous cherchez à être surpris? Ecoutez ET regardez Open Reel Ensemble: 5 musiciens japonais et 4 magnétophones revisitent à leur manière le mot “concert” avec une touche vintage dans l’usage de vieux appareils électriques.
Si vous n’avez pas un sou en poche (fin de mois oblige) ou si vous n’êtes pas un noctambule, une scène de jour gratuite sera destinée à des artistes en devenir ou confirmés suisses au 3 rue Gourgas le vendredi 18 et samedi 19 avril de 15h à 20h.
Si vous préférez les films, là encore, cela tombe bien car 9 projections vous attendront au Spoutnik: vous y retrouverez entre autre Marilyn Manson sur une musique de Mr. Oizo (qui se produira live le jeudi 17 avril au Palladium) dans Wrong Cops de Quentin Dupieux.
Si la danse fait partie de votre vocabulaire, plusieurs rendez-vous afin de pratiquer son langage parmi lesquels la chorégraphie d’Elsa Couvreur, ancienne élève du Ballet Junior de Genève Even Raël Would Agreeles jeudi 17, samedi 19 et dimanche 20 avril.
Fan (comme nous) du collectif La Forêt? Ne vous inquiétez pas, ils seront là aussi le vendredi 18 avril au Palladium.
Viendra le temps de se dire au revoir le dimanche 17 avril, mais cette fois-ci au Palladium et tous ensemble!

Retrouvez toutes nos photographies sur notre galerie Pinterest.  

By MBG — 25 Mar '19

JEMA 2019

Les Journées Européennes des Métiers d’Art (JEMA) à Genève se [...]

FERMER
CLOSE