FR
|
Flux School, the show

Avant de vous donner rendez-vous le 21 juin à 18h (précises tel un bon suisse) sur la scène ADC du parc Beaulieu lors de la Fête de la Musique genevoise et applaudir comme il se doit le spectacle de la Flux School (à vous en faire rougir les mains et briser les cordes vocales de « bravo »), projecteur sur ce projet pilote en Suisse, ses 12 participants et leurs professeurs.

Jusqu’à ce jour où j’ai poussé les portes de la Flux (Laboratory) School, un lundi 26 mai, pendant tout un après-midi en tant que spectatrice des coulisses d’un spectacle en devenir, rien ni personne ne m’ont fait regretter cette époque boutonneuse, où je n’étais plus une enfant ni tout à fait une adulte, cet entre-deux qui finalement rime parfois avec entre-rien, tant l’avenir semble obscur et la tendre enfance bien révolue. L’adolescence pour moi et je pense que pour beaucoup d’entre nous est synonyme de difficultés, peu importe le milieu, peu importe l’éducation et le porte-monnaie de nos Parents. Le système public éducatif possède ses limites, je ne vous apprends rien, mais que fait-on concrètement des exceptions qui confirment la règle? De ces exceptions de plus en plus nombreuses en perdition, où la règle ne s’applique pas, ne s’assimile pas et finissent par être ignorées.
Un trio de femmes – Cythia Odier, Dominique Roulin et Bérengère Gautier – a tenté d’apporter une solution à ses adolescents exceptionnels à travers les Arts Urbains et un projet pilote du nom de Flux School qui se déroule depuis le début de cette année dans notre cité de Calvin. Elles se sont entourées d’artistes et du chorégraphe Cisco Aznar pour monter un spectacle qui, comme vous l’avez compris, se déroulera devant vos yeux (et gratuitement), le 21 juin prochain.
Il ne s’agit pas d’apprendre un métier, de devenir un artiste ou de trouver pour sûr sa voix; Dominique Roulin ne se fait aucune illusion à ce sujet. Il s’agit plutôt d’éclaircir l’avenir, de vivre et ressentir la cohésion sociale, de reprendre le goût de l’effort, réduit à néant par la perte de repères et de confiance en soi. Fabrice, alias Fafapunk va même jusqu’à me dire: « je ne leur apprends rien. Je leur donne quelques outils et leur fais réaliser ce qu’ils ont déjà en eux » et face à lui, je peux lire dans ses yeux, la fierté du chemin parcouru ensemble. A son atelier de slam, j’entends tour à tour nos poètes urbains: « sale gamine, c’est ce que l’on retient de moi », « dès que tu te lèves, t’as déjà abandonné », « faut pas que j’panique, je dois rester authentique ». Ici, ils sont libres, libres de s’exprimer mais dans un cadre professionnel bien délimité, avec des horaires astreignants et des contraintes dans un but bien précis. Le mal faire et le bien faire n’ont pas leur place: seul le faire compte dans un processus créatif et un dépassement de soi.
Kader quant à lui cherche à focaliser leur attention en utilisant le graffiti pour raconter une histoire et l’interpréter à travers la création des costumes du dit spectacle sur une bande-son entièrement réalisée par les élèves. Aux platines, les LuLúxpo transmettent tout leur savoir-faire en matière de musique électronique et inscrivent leur démarche dans un processus inhérent à leur manière de concevoir leur art. Ils sont accompagnés de Fernanda pour la technique de danse, de Perla pour le hip-hop et de Maï pour le vidéo style. Tous les ingrédients nécessaires à un spectacle digne de ce nom.
La créativité ne s’enseigne pas et c’est en cela que le projet peut paraître abstrait pour certains (mais certainement pas pour nous); elle se nourrit – du contact des autres, d’un ressenti, d’une image et d’une foule d’autres « aliments » – elle se travaille quotidiennement et s’entretient; c’est un peu comme le sentiment amoureux qui naît d’une étincelle mais qui ne perdure que dans l’effort, les concessions et la compréhension mutuelle.
Je suis persuadée que lorsque vous assisterez au spectacle de la Flux School, un brin de nostalgie de votre adolescence viendra côtoyer le sentiment d’émerveillement et que tout comme moi, vous vous inclinerez devant la force de la créativité. Rendez-vous dans 12 jours!

Photographie © My Big Geneva
Vidéo © Flux School.
Retrouvez toutes les photos de la Flux School sur notre galerie Pinterest.  

Pensez Big
1 – EXTRA-ordinaire
My Big Geneva partage des lieux et des personnalités hors du commun.
2 – Gratuit
S’inscrire à la newsletter de My Big Geneva ne coûte rien.
3 – Curieux
Car ce n'est pas un vilain défaut.
4 – Ouvert d'Esprit
Clé fondamentale pour prétendre au bonheur.
5 – Garanti sans spam
My Big Geneva ne communique pas votre email à un tiers et surtout, My Big Geneva n’harcèle ni votre boîte mail, ni le feed de vos réseaux sociaux.