FR
|
Le monde de Jade

Du 5 au 26 novembre, l’atelier-galerie Maya Guidi accueille l’univers sculpté de Jade, une artiste française qui transforme la terre à l’aune de sa subjectivité.
Ce besoin viscéral de sculpter la matière lui vient de son enfance et plus particulièrement de l’atelier de sculpture de sa tante, où l’émancipation se fait (je l’imagine) à travers le regard et le mimétisme avant d’intégrer, une fois le bac en poche, l’ESAG Penninghem à Paris. Et ses oeuvres commencent à être exposées dès 1994 en France, puis aux Etats-Unis et en Suisse.
Quand je la rencontre dans les années 2000, elle maîtrise déjà ces précieuses facultés d’un artiste complet: sensible, imaginatif et puissant. Et à l’aube de sa première exposition solo à Genève, je n’ai pu résister à la tentation de venir à son atelier à Anthy-sur-Léman.
Niché dans une ancienne ferme sur le point d’être restaurée, l’atelier de Jade se situe un peu à l’écart de la maison familiale; on y accède après quelques marches, à l’extrémité sud de la bâtisse. Entre les quatre murs où la lumière vient se lover, l’épanouissement de l’imagination de l’artiste prend place. Les yeux grands ouverts, je découvre son monde enchanté: d’anciennes sculptures déjà apprivoisées et la nouveauté. Le passé et la perspective d’un futur infini, le présent n’étant que le liant. Des fauteuils confortables accueillent une foule de personnages: un crocodile, des oiseaux, une cocotte, une petite chérie. Des silhouettes apparaissent, des visages à travers les arbres, de gigantesques falaises où de minuscules petites forêts s’élèvent. Un voyage, immobile. Le spectateur devient un nomade, passant d’un paysage à l’autre et se prend à rêver. Imaginer finalement, c’est défaire et refaire le monde. Je pense à Baudelaire qui écrit qu’un bon tableau doit être produit comme un monde.
Ici, « c’est un rêve de petite fille » me dit-elle car Jade décide de devenir artiste à l’âge de 12 ans. Et chaque nouvelle pièce donne au rêve plus de réalité. Ici, Jade recherche une singularité en s’inventant à chaque instant. Un état de plénitude et d’ambiguïté.

Du 5 au 26 novembre
Vernissage (Art7 Carouge) le 5 et le 6 novembre de 11h à 17h en présence de l’artiste
Rue St-Joseph 40, 1227 Carouge
Mercredi à ven 14h à 18h, sam 10h-13h et sur rendez-vous.

Pensez Big
1 – EXTRA-ordinaire
My Big Geneva promeut des lieux, événements et personnalités EXTRA-ordinaires, à Genève et ailleurs.
2 – Gratuit
S’inscrire à la newsletter de My Big Geneva ne coûte rien.
3 – Généreux
Tout au long de l’année vous pouvez recevoir des cadeaux: concerts, resto, apéro, festivals et bien plus encore!
4 – My Big Geneva a besoin de vivre
Donc My Big Geneva établit des partenariats de CONFIANCE pour vous livrer des bons plans ou des Big avantages. Et se fait donc rémunérer pour cela.
5 – Garanti sans spam
My Big Geneva ne communique pas votre email à un tiers et surtout, My Big Geneva n’harcèle ni votre boîte mail, ni le feed de vos réseaux sociaux.