Marjan Moghaddam, GlitchGoddess Outdoor Prints with AR Activation Public Art Vancouver 2022

La révolution de Marjan Moghaddam commence dès 1980 alors qu’elle vient de quitter l’Iran en tant que réfugiée politique. C’est à l’université qu’elle rencontre pour la première fois un programme d’infographie. Et elle en tombe éperdument amoureuse. Elle transfère alors une grande partie de son idéalisme et son espoir dans les possibilités que lui offrent cette technologie futuriste et progressiste, en réaction aux forces régressives qui sévissent dans son pays natal.  

 

Surnommée la première dame de l’art numérique, les œuvres de Marjan Moghaddam sont reconnues pour leur style original, unique et influent, ses figurations et animations 3d telles que #GlitchGoddess et #ArtHacks. Elles ont notamment été exposées à l’Armory Show de New York et Art Basel Miami.

Ce que j’aime dans l’art de Marjan Moghaddam, c’est le jeu des couleurs, la mouvance et les différentes techniques numériques qu’elle détourne pour servir son propre combat et sa propre histoire.

Marjan n’est pas un mouton.
Marjan ne se coupe pas une mèche de cheveux pour exprimer sa colère et sa désapprobation vis-à-vis d’un régime pour faire un buzz abrutissant et ridicule.

Ses armes? Ce sont sa créativité et son talent.

Marjan crée. Marjan est.

 

Elle admet cependant qu’elle n’était pas préparée aux millions de vues et commentaires qu’a suscité #GlitchGoddess of Art Basel Miami with Picasso & Wood. « Je l’ai créé sur une voix off de femmes artistes parlant d’inégalités dans le monde de l’art, en tant qu’œuvre d’art numérique féministe, et vous ne vous attendez généralement pas à ce que le travail féministe fonctionne aussi bien métriquement, mais c’est clairement le cas. Et la plupart des commentaires des femmes étaient centrés sur le corps changeant de la #GlitchGoddess. Elle perturbe la convention historique de l’art de représenter une femme sous une forme singulière en passant de légère à lourde, enceinte, vieille, jeune, stylisée et abstraite. Et les femmes commentaient à la fois l’inégalité et l’aspect corporel changeant de cette pièce, ce que j’ai trouvé intéressant. »

 

Via un modeste et traditionnel courriel, elle répond à mes 3 questions avec précision et conviction.

 

Vous avez été récompensée par l’Arab Bank of Switzerland pour votre NFT « Glitching Intaleqi » lors de la Non Fungible Conference; pourriez-vous nous décrire le concept de cette œuvre ?

Ce fut un honneur et un privilège incroyable de remporter ce premier prix d’art NFT de l’Arab Bank Switzerland. L’appel initial était une œuvre qui devait célébrer l’Orient et l’Occident, et en tant qu’américaine d’origine iranienne, il était très important pour moi de créer une œuvre significative. J’ai été élevée en Iran avec une appréciation de l’art iranien, oriental, asiatique et occidental. Par conséquent, je voulais m’assurer de célébrer à la fois les arts visuels et les arts de la scène de l’Orient mélangés à des éléments occidentaux.

L’art dans notre monde d’aujourd’hui a un aspect global et agrège les influences culturelles et historiques de manière fluide et créative. La thématique Orient et Occident était donc une opportunité parfaite pour moi en tant qu’artiste numérique.

Cette peinture animée explore des idéaux post-numériques, libéraux et féminins en sublimant les aspects de l’art oriental avec une technologie innovante. Je travaille avec Glitch dans ma pratique artistique de deux manières: tout d’abord comme l’équivalent numérique des « accidents » en studio qui ont déclenché des mouvements artistiques entiers; et en considérant Glitch au numérique ce que la mutation est à la biologie. Les corps en flux sont un style d’animation caractéristique que j’ai développé au fil des décennies comme figuration post-humaniste. Je définis plus précisément cette approche comme la sculpture chronométrique, qui combine les idéaux esthétiques de la sculpture avec ceux de l’animation, en tant que nouvelle forme d’art.           

Le personnage principal utilise Mocap[1] d’une danse du Moyen-Orient; l’animation CG 3d[2] superpose des déformations et des simulations 3d génératives qui forment mon propre style de figuration et d’animation. L’arrière-plan est une architecture de style arabe qui est interprétée et remixée via l’intelligence artificielle. Elle est en outre « glitchée »[3] et « voxélisée »[4] en CG 3d. D’autres éléments utilisent des simulations et des dynamiques comme le vase décorée d’une calligraphie poétique persane qui oscille à l’arrière-plan. Les textures font référence à des motifs arabes traditionnels aux côtés de motifs géométriques inspirés du modernisme européen pour représenter l’Orient et l’Occident.

 Je voulais que l’œuvre illustre les traditions métaphysiques d’illumination et de gnose du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, à travers la danse du personnage solitaire évoquant l’expérience et le sentiment sereins d’Intaleqi, ou pour se libérer.

 

Qu’est-ce qui vous a attiré dans l’art digital vs. l’art traditionnel ?

Ce qui m’a d’abord attiré vers l’art numérique, c’est vraiment mon histoire originelle en tant qu’artiste. J’ai vécu la révolution de 1978 en Iran; j’ai donc dû quitter mon pays, traumatisée, en tant que réfugiée politique. À l’université, j’ai été initiée aux premiers programmes d’infographie au monde. Je suis tombée amoureuse de ces débuts de l’imagerie graphique par ordinateur, transférant une grande partie de mon idéalisme et de mon espoir aux possibilités de la technologie, du futurisme et du progressisme en réaction contre les forces régressives qui avaient pris le contrôle de ma patrie. Ma première œuvre d’art informatique exposée a été réalisée sur un ordinateur personnel Commodore 64 en 1984; depuis, je continue à travailler avec la technologie, créant de nombreuses collections d’art numérique. Pour moi, c’est un mode de vie et une manière d’être, car je trouve un sens et une compréhension à travers ma pratique artistique d’une manière qui s’intègre dans notre monde post-numérique.

 

Nietzsche considérait l’Art comme la plus haute expression de la vie; êtes-vous d’accord avec lui?

Oui absolument. Il est naturel pour les enfants de créer avec tout ce que vous leur donnez. Même avec de la nourriture, ils commencent à créer des motifs dans leur assiette.  Donc, cela nous est inhérent, et bien que nous puissions nous reproduire biologiquement, nous sommes également obligés de créer d’autres manières, ou de contribuer de manière mémétique comme l’a soutenu Richard Dawkins, en tant que type de reproduction. Et cette envie définit également la culture et l’économie des créateurs de notre époque.

Mais tout n’est pas vraiment la plus haute expression de la vie. Et une grande partie de la philosophie de l’art en Occident et en Orient s’est concentrée sur la définition des niveaux d’expression du sentiment du sublime tel que Schopenhauer l’a établi autrefois. Ainsi, lorsque nous examinons une grande partie du contenu des créateurs de notre culture et d’Internet aujourd’hui, une grande partie est réellement destinée aux globes oculaires, à l’économie de l’attention, aux Hate Metrics ou au détournement des médias sociaux du cerveau limbique, comme l’explique Tristan Harris.

Est-ce la plus haute expression de la vie? Non. C’est donc là que l’art et plus particulièrement les beaux-arts entrent en jeu.

L’art est une partie importante de notre appareil de création de sens, nous avons aussi besoin du profond, du sublime et du complexe, comme moyen d’atteindre le sens et la compréhension à un niveau supérieur et plus substantiel. Ainsi, la plus haute expression de la vie doit également transmettre ce niveau supérieur de création de sens. Pour moi, il est très important que ces aspirations n’accompagnent pas simplement le travail dans des déclarations d’artistes nobles, comme c’est souvent le cas avec une grande partie de l’art contemporain traditionnel, mais qu’elles soient esthétiquement et visuellement évidentes dans le travail. Et quand vous faites du travail sur Internet comme je le fais, il n’y a pas de déclaration d’artiste ou d’assistants de galerie à voix basse expliquant le travail, donc les visuels doivent transmettre le sens et l’expression supérieure.

J’ai centré ma pratique de l’art numérique sur ces idées, et c’est ce que je vise à proposer dans mon art.

 

L’oeuvre lauréate du premier Prix d’Art NFT de Marjan Moghaddam sera présentée à Genève cet automne grâce à l’Arab Bank Switzerland pour qui les NFTs ne sont pas une mode, mais bien une révolution.

 

[1] Mocap est le diminutif de “motion capture » en anglais, soit la capture de mouvement: cette technique permet d’enregistrer les positions et les rotations afin de les restituer sur ordinateur ou virtuellement.
[2] CG 3d en anglais signifie « computer graphic » soit l’infographie en 3 dimensions.
[3] Glitcher est un anglicisme. « Glitch » en anglais signifie une soudaine et temporaire mal fonction.
[4] Voxel est un mot-valise créé en contractant « volume » et « pixel ».

© Marjan Moghaddam, Still_ « Woman Life Freedom AI Arthack » Annka Kultys Gallery London (2023)
Marjan Moghaddam « GlitchGoddess » Outdoor Prints with AR Activation Public Art Vancouver (2022)
Marjan Moghaddam portrait
Marjan Moghaddam “Still 2 Woman Life Freedom », Annka Kultys Gallery (2023)
Marjan Moghaddam, « Wall of GlitchGoddess » NFTs Artsy Exhibition at Vellum LA Gallery (2021)