Tribulations nocturnes

Tribulations nocturnes

C’est vendredi, bien que loin d’être saint c’est un jour de dévotion mondaine pour ceux ou celles qui se cantonnent au canton. Vers 17h30 les Smartphones (si tenté qu’une puce puisse être savante) s’agitent, l’apéro comme l’on dit se fait attendre…17h30 pour un peu de jus de raisin fermenté me direz-vous? Il faut savoir qu’ici tout commence tôt…C’est alors que s’enchaine suivant les cas des défilés de verres dans le cadre feutré d’un Hôtel, vu imprenable avec d’étranges créatures qui courent sur 15 cm de talon après une jeunesse…qu’elles trouveront peut-être dans ou à la prairie.
L’autre alternative serait de se retrouver par beau temps en dehors des mêmes établissements sur les quais  en se mêlant à une population onusienne dont une partie découvre a sa grande joie que la consommation d’alcool sur la voie publique n’est pas prohibée en Europe. Enfin si d’aventure on ne sent pas d’humeur polyglotte il nous reste qu’à faire un tour dans la partie plus continentale de la ville (vieille ou non) allant se taper la cloche là où on ne mange rien (pour ne pas nommer l’endroit) … nous ferons seulement.

Un break s’impose…ça tombe bien nous sommes attendus à un dîner (au champagne nous sommes à Genève). Un personnel discret et attentionné tout de noir vêtu (cela fait plus Zurichois branché) s’occupe de votre petite personne. Les invités se rencontrent, se découvrent, se retrouvent… Madame (qui vît en fait chez Monsieur) semble être servie. La conversation se fait naturellement…bien que tous différents ou ne se connaissant pas nous sommes entre nous…Old Brampton Road, Wasserngrat, rue du Bac, Meat Packing, Via Condotti sont nos points de repères pour ne citer qu’eux. Cela rassure toujours, ne serait-ce pas la mondialisation du snobisme ? On a ri !!!!! Après avoir fait fondre dans sa bouche un morceau d’animal mort provenant sûrement de la bonne boucherie dite du Molard, le rassemblement mondain prend une autre tournure… la musique monte, un parfum de dimension botanique à la légalité douteuse se fait sentir… et nous voilà en train de danser sur les canapés et autre poufs (les vrais elles, sont déjà en train de se trémousser en France voisine que certains aimeraient plus lointaine avant de débouler sur et non pas à Genève). L’issue du dîner devient compliquée, il serait prudent (un peu d’helvétisme dans notre soirée) de partir.

FERMER
CLOSE