yapaslefeuaulac.ch

yapaslefeuaulac.ch

Permettez-moi de vous présenter Kantutita, une expat suisse en France (plus précisément à Montpellier bien qu’elle ait vécu aussi au Québec) qui a eu la Big idée de fonder une blog au deuxième degré en 2012. Elle relate avec une sacré dose d’humour ses aventures dans le sud de la France, souligne avec justesse les différences culturelles et nous fait profiter de ses escapades. Et si par tout hasard, la vie d’expat vous laisse pantois (ce qui m’étonnerait très fortement en vue de la qualité de la plume de Kantutita), elle possède aussi un autre blog lifestyle Birds & bicycles, où elle partage ses voyages et ses jolies découvertes. Little interview pour en savoir un peu plus…

Vous êtes donc Suisse mais d’où exactement?
Bonjour! Alors en fait je viens d’un très beau coin en Suisse, la région de Neuchâtel, au bord du lac tout bleu du même nom. Avec son beau lac et ses combes fleuries, c’est un petit coin de paradis à mes yeux.

Pourquoi êtes-vous partie?
J’avais décidé de m’expatrier par goût de l’aventure et de voir autre chose à la fin de mes études à l’Unine. Le destin a choisi pour moi où j’irai, puisque j’ai rencontré un Français du Sud que j’ai suivi jusque dans ses pénates, à Montpellier, en plein Languedoc.

La Suisse vous manque-t-elle?
Bien sûr! Il y a des aspects de la Suisse qui me manquent, des spécialités qu’on ne trouve pas au supermarché ici, des références culturelles qui font défaut à mes nouveaux compatriotes, des mots suisses qui sont incompris. Paradoxalement, je me sens plus suisse depuis que j’ai quitté Neuchâtel, car c’est au contact de la culture française que je remarque vraiment l’unité de notre pays.

Comment la Suisse est-elle perçue dans le sud de la France et au Québec?
Ou la la! Alors au Québec c’est la cata, ici dans le Sud c’est moins pire mais quand même… Les Québécois avec lesquels j’ai parlé de la Suisse, et qui n’y étaient jamais allés, ont l’image d’un pays refermé sur lui-même, où on ne croise pas un seul étranger. Un tableau très éloigné de la réalité et des clichés qui m’ont fait horreur! Au Sud de la France, les campagnes de l’UDC nous ont fait une image peu sympathique, tout comme les affaires autour de l’évasion fiscale. Mais bon, avouons que la plupart du temps, la Suisse est un petit pays méconnu, qui laisse plutôt indifférent. C’est bien pour cela que j’ai eu envie de parler de la Suisse aux Français (et vice versa) sur Yapaslefeuaulac! Le plus drôle, c’est l’incompréhension des Français face au puzzle linguistique du pays. Il m’est arrivé d’être félicitée pour mon excellent français – par des gens ignorant l’existence même de la Suisse romande!

Comment l’idée de ce blog est-elle venue?
Comme je vous le disais, c’est le fait que les Français connaissent très peu la Suisse et me posent pas mal de questions bizarres sur mon petit pays qui m’a fait prendre conscience qu’il fallait faire quelque chose! Après mes premières années à Montpellier, j’avais aussi pris note de nombreuses différences méconnues entre les deux pays, et j’ai pensé qu’il serait drôle de les partager plus largement.

Quelques adresses à partager pour les genevois dans votre région d’expatrié? Une chambre d’hôte, un restau, une boutique déco, un lieu insolite…
Il faut vraiment faire un saut pour visiter la vieille ville de Montpellier, baptisée L’Écusson, car c’est un trésor architectural. Je vous promets un voyage dans le temps en parcourant ses ruelles! Alors là, vous pouvez vous arrêtez sur les terrasses de petits restaus français (mes favoris ici) pour déguster des spécialités. Les salles des établissements, avec des murs de pierre et des arches, sont souvent pittoresques dans le Vieux Montpellier. Pour boire un thé, je vous conseille l’étonnant salon de thé – antiquaire L’Heure bleue et pour du shopping déco kitsch et plein de fantaisie la boutique Etat d’âme. Un peu plus loin, je vous conseille de vous mettre au vert dans les Cévennes, une région montagneuse sauvage et super belle. Ou alors dans l’Aude, le long du Canal du Midi. Je partage mes adresses de chambres d’hôte dans le Sud sur ce billet – c’est ma manière préférée de voyager.

Qui est le flamand noire sur votre logo?
Mince, je ne lui ai pas encore trouvé de nom à mon flamant! On peut le baptiser Ignacio si ça vous va. En arrivant à Montpellier, j’ai été trop épatée par la présence des flamants roses que l’on voit en Petite Camargue, plantés le long des étangs sur la route qui mène aux plages. Je suis fascinée par ces oiseaux si exotiques, qui poussent néanmoins en France! Et le temps de mon séjour au Québec, l’an dernier, le flamant rose avait bien sûr été remplacé par un orignal 😉

Mais dîtes moi pour bientôt conclure, Kantutita, c’est pas très Suisse comme prénom?
Ah ben non, c’est que je viens d’une famille d’expats – et que ma mère est née en Amérique du Sud. Elle m’a choisi un deuxième prénom lié à ses origines, et que j’utilise comme pseudo sur internet.

Une anecdote à nous raconter sur votre nationalité face aux Français?
Quand je dis que je suis Suisse, il arrive que des gens me répondent en faisant le faux accent suisse dit Ovomaltine (j’en parlais ici sur le blog). Et ça m’éneeeeerve. D’autres, plus marrants, veulent apprendre des mots suisses et me citent la panosse. Je leur apprends à dire “chenis” et “chiquelette” (un chewing-gum à Neuch et dans le canton de Vaud aussi selon mes sources). Ces mots ont beaucoup de succès!

Mais où trouvez-vous du chocolat à manger: faîtes-vous le plein de provisions lorsque vous revenez en Suisse?
Je pourrais acheter du chocolat Lindt dans mon supermarché français – mais c’est tout de même plus cher qu’à la Migros. (Evidemment, pas besoin de préciser que je ne mange exclusivement que du chocolat suisse – c’est logique) Comme je mange 12 kilos de chocolat par an, c’est plus rentable pour moi d’en remplir mes valises à chaque passage en Suisse. D’ailleurs ma réserve s’amenuise là… J’ai fini ma boîte de 30 branches, y’a plus une miette de Ragusa dans mon placard et mes plaques de chocolats sont presque toutes entamées. L’angoisse de l’expat…

Merci pour cette interview en tout cas! Et longue vie à My Big Geneva 😉

FERMER
CLOSE